[projet] Une exploration dont vous êtes le héros

L’enseignement de l’histoire pose des défis didactiques particuliers. En plus de devoir composer avec les difficultés liées à l’apprentissage de la chronologie, des faits et de la méthode historique, les élèves doivent régulièrement lire des documents (souvent écrits) et rédiger des synthèses.

Si ces défis et ces tâches sont plutôt traditionnels, ce que nous proposons dans ce billet se veut une alternative ludique, ouverte et interdisciplinaire transférable dans d’autres contextes, mais appliquée, dans notre cas, à l’étude de la période des grandes explorations en deuxième secondaire.

Concevoir des tâches ludiques, ouvertes et interdisciplinaires

J’enseigne à des élèves qui ne sont pas tous des fans de l’écriture et qui ont des défis particuliers de l’ordre de la dyslexie et de la dysorthographie. Conséquemment, une tâche d’écriture en univers social, lorsqu’elle s’ajoute aux tâches habituelles des cours de français, de sciences, d’anglais ou encore d’éthique et culture religieuse peut en rebuter plusieurs.

Afin de surmonter cet écueil, l’équipe de français et d’univers social a proposé aux élèves de deuxième secondaire de piger un explorateur du 15e ou du 16e siècle et de rédiger un récit narratif historique et interactif dans lequel le lecteur devrait faire des choix en se mettant dans la peau du personnage (un explorateur célèbre) et parvenir à accomplir la traversée de l’Atlantique.

La force de cette tâche est qu’elle allie créativité et rigueur, en plus de mobiliser des compétences de français et d’histoire.

Intentions pédagogiques

L’objectif premier de ce projet est de mobiliser les élèves autour d’une tâche de recherche et de documentation. La rédaction d’un récit historique interactif implique une phase de préparation et de recherche ainsi qu’une phase de création d’une narration au sein de laquelle s’intègrent les faits issus de la recherche.

L’élève, en plus de développer des compétences informationnelles, doit aussi apprendre à structurer ses idées pour les organiser sous la forme de récit historique. C’est une occasion pour lui de vivre et de mieux comprendre le processus d’écriture de l’histoire et d’être confronté à des questions comme : que faire lorsqu’il y a des « trous » dans nos connaissances historiques ?

De plus, en français, c’est l’occasion de découvrir un type de texte nouveau, le récit de fiction historique (voir Déry et Yelle, 2014 si cela vous intéresse). Ce type de texte est complexe, car son écriture demande de composer avec des éléments de fiction tout en demeurant le plus près possible du contexte historique connu et appuyé par les faits.

Déroulement du projet

Lors de la première phase, les élèves doivent choisir des sources de qualité à l’aide d’un dossier documentaire préparé par l’enseignant ou des moteurs de recherches auxquels ils ont accès. Les critères d’évaluation des sources choisis ont été limités à quelques-uns afin d’initier les élèves à étape importante de la recherche.

  • Connaissons-nous l’auteur de la source ? Cet auteur est-il crédible ?
  • La source indique-t-elle ses sources ?
  • S’agit-il d’une source première ou secondaire ? Si elle est secondaire, s’agit-il d’une encyclopédie générique ou d’un ouvrage spécialisé ?
  • Vos sources sont-elles variées ? (encyclopédie, source première, site ou livre spécialisés, etc.)

Certains élèves auront de la difficulté à trouver des sources variées et fiables. L’une des stratégies enseignées est donc de contrevérifier les informations contenues dans des sites plus génériques (comme Wikipédia) avec d’autres documents (numériques ou écrits).

Une fois les sources trouvées et les faits pertinents extraits dans un tableau préparé à cet effet (voir le document de travail des élèves), le plan d’écriture peut commencer. Cette phase est importante, car il s’agit d’une phase de créativité complexe puisqu’il faut composer un récit alinéaire où le lecteur peut faire des choix tout au long de la lecture. De plus, l’élève doit planifier l’intégration des faits historiques trouvés lors de la recherche.

Une fois le plan approuvé, les élèves peuvent rédiger leur récit en utilisant un canevas reproduisant la structure du récit interactif. Afin de faciliter le travail des élèves, nous avons proposé un canevas en trois temps (situation initiale, péripétie 1, péripétie 2). Chacun de ces blocs se termine par un choix que le lecteur doit faire et le choix émanent de la péripétie deux donne sur deux situations finales différentes (une réussite et l’autre en échec).

En parallèle à la rédaction du plan et du brouillon, les élèves perfectionnent leur orthographe ainsi que la syntaxe des phrases.

Finalement, à l’aide d’un exemple fait en classe et de ressources écrites et vidéos, les élèves peuvent copier/coller leur texte corrigé et final dans un Google Form et rendre le récit interactif en fonction des choix du lecteur. Voici quelques exemples d’élèves (1, 2, 3) et l’exemple utilisé par l’enseignant.

Retour

Cette situation d’apprentissage et d’évaluation a été effectuée en interdisciplinarité entre univers social et français. Les enseignants dans les deux disciplines sont satisfaits du déroulement de l’activité pour diverses raisons.

Tout d’abord, le fait que les élèves réalisent un travail dans deux matières très présentent à la grille horaire a permis de réaliser le projet sur une période de deux semaines durant lesquelles plusieurs cours ont été consacrés à la recherche et à l’écriture. Cela a évité de surcharger les élèves de travail à la maison, endroit où le support à la réalisation de la tâche est variable selon les compétences parentales.

De plus, le fait d’intégrer des tâches typiquement associées au cours de français (rédaction, narration, correction de textes) à des tâches traditionnellement liées à l’univers social (recherche d’information, collecte de faits et synthèse) a permis d’abattre l’un des murs qui cloisonnent les différentes matières scolaires et de donner du sens à l’apprentissage du français pour les élèves qui aiment l’histoire et vice versa.

La SAÉ a aussi été appréciée par les élèves comme l’illustrent les deux tableaux ci-dessous. Le premier tableau concerne le groupe de deuxième secondaire en sport plein air et le deuxième celui de soutien pédagogique.

capture-decran-2016-12-03-a-11-33-56capture-decran-2016-12-03-a-11-34-57

Parmi les commentaires des élèves, les deux plus grandes difficultés résident dans le style littéraire (fiction historique) ainsi que l’intégration des faits dans le récit. Combiner créativité, fiction et faits représente un défi cognitif important à leur avis. La correction des projets des élèves semble confirmer le commentaire fait par ceux-ci.

C’est un projet qui reviendra dans nos classes au cours des prochaines années. Quelques ajustements seront apportés. Les enseignants de français veulent travailler davantage les éléments concernant le style littéraire alors qu’en univers social, c’est  « l’extraction » des faits et leur réinvestissement dans la phase d’écriture qui sera mieux modélisée, car si la plupart des recherches semblaient étoffées, les récits étaient parfois beaucoup plus fictifs qu’historiques. La plus grande réussite de ce projet est sans aucun doute l’engagement qu’il suscite auprès des élèves qui aiment le côté ludique et créatif de cette tâche.

 

Source de l’image de couverture

Déry, C. & Yelle, F. (2014). La méthode historique appliquée à la lecture en histoire. Traces, 52(2), 23-33.

Émettre un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s